ARTISTES
LA SUSPENDUE, Nour Awada 45 x 45 x 80 cm Acier, faïence, 2012

LA SUSPENDUE, Nour Awada
45 x 45 x 80 cm
Acier, faïence, 2012

Nour Awada
Après une licence d’Arts plastiques à la Sorbonne, Nour Awada est diplômée de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris en 2012. Elle obtient le prix Talents Contemporains de la Fondation François Schneider en 2013 pour Les Ruisselantes.
Nour Awada détourne des mythes pour en faire des terrains de jeux où la répulsion et le toucher deviennent un des enjeux de la pièce. Ses dernières créations vidéo (co-réalisées avec Jacques Girault) mettent en scène des corps dans des compositions oniriques.
« Ses pièces, comme des objets de culte, sont faites pour susciter de nouveaux rites (…). Entre attraction et répulsion, le spectateur est mis au défi de ces formes charnelles fascinantes et déroutantes. » Jeanne Barral, critique d’art.

.
.
.

L’ÉCHINE DES ANIMAUX DISPARUS 1 - Léa Bailleux 100x66 cm. Superspostions de tirages argentiques imprimés sur papier Kodak Translucent, percés et montés sur caisson lumineux

L’ÉCHINE DES ANIMAUX DISPARUS 1 – Léa Bailleux
100×66 cm.
Superspostions de tirages argentiques imprimés sur papier Kodak Translucent, percés et montés sur caisson lumineux

Léa Bailleux
Diplômée de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris en 2013, pratique la photographie, l’écriture et le dessin. Elle explore le processus créatif entre ces trois médiums, le paysage, les notions de souvenir, de fragmentation du réel et de l’irréalité du réel en photographie.
Elle part d’un objet photographique connu (paysage, architecture…) auquel elle insuffle une dimension poétique, étrange, contemplative, par la superposition et le décalage de la même image. Elle écrit ensuite de courtes nouvelles inspirées par l’ambiance des « images-strates » et lieux de situations métaphoriques entre plusieurs personnages. Les textes sont enregistrés, puis montés, pour donner une bande sonore.

.
.
.
.
.

HAHAPPY - Benoît Aubard Peinture aérosol, papier, 103 x 1000 cm, 2013.

HAHAPPY – Benoît Aubard
103 x 1000 cm
Peinture aérosol, papier, 2013.

Benoît Aubard

Etudiant à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris depuis 2010, il a obtenu son DNSAP en 2013. Aujourd’hui, il poursuit sa formation au sein de l’atelier Jean-Luc Vilmouth en nourrissant son travail d’expériences diverses, notamment via un stage à l’atelier de lithographie et d’imprimerie IDEM à Paris.
Inspiré du graffiti, de la publicité ou encore des chansons, ce jeune artiste utilise les mots présents autour de nous comme image. Grâce à la méthode du cut-up, son travail s’articule autour d’un jeu et de différents niveaux de lecture du texte. De cette façon, c’est au spectateur de recomposer le sens, d’avoir sa propre lecture.

.
.
.
.
.
.

200 x 150 cm Cire, tubes néon, fils nylon, plaque de verre, système interactif, 2011

FACE, Jeanne Briand
200 x 150 cm
Cire, tubes néon, fils nylon, plaque de verre, système interactif, 2011

Jeanne Briand

Étudiante en 5ème année à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, Jeanne Briand, à travers son expérience au California Institute Of The Arts et ses expositions en Europe, a développé un travail autour des thèmes du double et de la métamorphose.
« En flux, l’idée se développe et se modèle au fil de sa pensée. Les matières mutantes, tels que la cire ou le verre, anticipent ses attentes toujours surprises par la fraîcheur du processus organique. Jeanne Briand aime fouiller cette ambiguïté conceptuelle, l’expérimente et nous offre de sincères sensations dues à l’interaction subtile mise en œuvre. Ancrée dans son temps, cette plasticienne offre une poésie contemporaine issue d’une réflexion sur la distorsion de sens. » Charlotte Sarrola, journaliste.

.
.
.
.
.
.
.

SANS TITRE, Clara Chichin 114 cm x 40 cm Série Sténopé séquencée Photographie argentique. Tirage jet d’encre pigmentaire sur papier fine art Hahnemühle photorag, contrecollé sur plaque aluminium 1mm. Tirages numérotés de 1 à 5 + 2 épreuves d’artiste 2013

SANS TITRE, Clara Chichin
114 cm x 40 cm
Série Sténopé séquencée
Photographie argentique. Tirage jet d’encre pigmentaire sur papier fine art Hahnemühle photorag, contrecollé sur plaque aluminium 1mm.
Tirages numérotés de 1 à 5 + 2 épreuves d’artiste
2013

Clara Chichin

Après un parcours universitaire en Philosophie, puis en Arts, Littérature et Pensée contemporaine, Clara Chichin sort diplômée de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris en 2012. Son travail a été exposé à Marseille, Paris, Toulouse et à la Villa Pérochon. Depuis 2012, l’artiste collabore avec le Studio Hans Lucas.
« Parfois réalisés à partir de techniques classiques comme le sténopé, les clichés de Clara Chichin se déclinent cependant sous des formes aussi diverses que l’édition ou la vidéo, relevant dès lors du montage et de l’assemblage d’un matériau iconographique constitué au fil du temps, d’une mise en séquence d’où semble pouvoir surgir la possibilité d’une fiction. » Raphaël Brunel, journaliste et critique d’art.

.
.
.

FLOTTER, Ji-Eun Yoon 90 x 59 x 50 cm Crayon de couleur, pyrogravure, acrylique,  placage et sculpture sur bois, 2013

FLOTTER, Ji-Eun Yoon
90 x 59 x 50 cm
Crayon de couleur, pyrogravure, acrylique,
placage et sculpture sur bois, 2013

Ji-Eun Yoon

Après avoir obtenu une licence d’Arts Plastiques à Séoul, dont elle est originaire, Ji-Eun Yoon a été diplômée de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts en 2010. Depuis 2004, cette dessinatrice expose son travail entre son pays d’origine et Paris où elle vit aujourd’hui.
Son travail sur bois s’articule autour des rites et de la vie ordinaire, la ronde des tâches quotidiennes où s’oublient les personnages, dans un environnement riche en couleurs, volumes et perspectives. Dans ses œuvres, l’échelle et la nature des paysages varient constamment, les scènes miniatures jouxtent des topographies monumentales. Ses créations sont « des mondes dans des mondes dans des mondes ».

.
.
.
.

GALAXY, Baptiste Rabichon 120 x 70 cm C-Print, 2014

GALAXY, Baptiste Rabichon
120 x 70 cm
C-Print, 2014

Baptiste Rabichon

Né en 1987, Baptiste Rabichon est diplômé de l’École nationale supérieures des Beaux-Arts de Paris en 2014.
« J’ai lu dans mon livre favori que l’artiste n’était qu’un opticien qui pose des verres correcteurs sur les yeux du spectateur, l’aidant ainsi à mieux voir le monde. Cette métaphore de Marcel Proust m’a toujours plu. Les choses que je réalise, je les trouve presque formées autour de moi. J’essaye simplement de rendre lisible aux autres ce qui m’émeut dans tel papier griffonné, telle tâche de doigt ou telle erreur informatique. Les gestes que j’effectue sont simples, parfois absurdes. Je tente de trouver le chemin le plus direct pour atteindre la forme que je pressens. » Baptiste Rabichon.

.
.
.
.
.
.

ÉTRANGEMENT EXOTIQUE, Lucy Watts 70 x 100 cm Série de 20 lithographies sur papier Rivoli 250g, 2014

ÉTRANGEMENT EXOTIQUE, Lucy Watts
70 x 100 cm
Série de 20 lithographies sur papier Rivoli 250g, 2014

Lucy Watts

Diplômée de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris en 2011, Lucy Watts a été invitée en résidence à l’Atelier Circulaire (Montréal), au Grafikwerkstatt (Dresde), à Astérides (Marseille), au Aberystwyth Arts Centre (Pays de Galles) et au Frans Masereel Centrum (Belgique). Elle a participé au 57ème Salon de Montrouge, à la 9ème biennale de Mulhouse et à l’exposition de Noël du CNAC de Grenoble. Elle a installé son atelier de lithographie en Bourgogne avec le soutien de la DRAC.
Entre illustrations de presse, bande-dessinée et caricatures, les dessins de Lucy Watts mélangent absurde et humour. Influencée par Glen Baxter et David Shrigley, ses images spontanées s’accumulent comme des annotations ou des données statistiques qui constitueraient une documentation parodique de la vie quotidienne.

.
.

ACHERON, India Leire 130 x 120 x 30 cm Platre, metal, 2014

ACHERON, India Leire
130 x 120 x 30 cm
Platre, metal, 2014

India Leire

D’origine britannique, India Leire est diplômée félicitée de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris en 2013.
À travers ses œuvres, la sculptrice cherche à saisir une impression naturelle de mouvement. Elle insuffle ainsi une vie propre à chacune de ses créations en leur donnant un dynamisme unique, épuré de tout artifices ou redondances techniques. C’est d’ailleurs le but de son travail : réussir par une forme simple à s’approprier les mythes ou à capturer l’ambiguïté d’un organisme vivant.

.
.
.

T'ENTENDS ?, Ji-Yun Lim 220 x 120 x 90 cm Technique mixte, 2013

T’ENTENDS ?, Ji-Yun Lim
220 x 120 x 90 cm
Technique mixte, 2013

Ji-Yun Lim

Après une formation en peinture à Séoul, Ji-Yun Lim obtient son DNSAP à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris en 2008. Depuis, elle a su s’imposer à travers de nombreuses expositions personnelles et collectives.
Héritière de la pensée orientale, l’artiste se fonde sur la symbolique du Yin et du Yang pour aboutir à un équilibre visuel qui caractérise sa démarche. Elle parvient ainsi à concentrer beaucoup d’énergie dans certains points de focalisation tout en ménageant de nécessaires respirations dans ses œuvres.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s